Le défi de l’entrepreneur au Sénégal selon Khadim Bâ, CEO de Locafrique

0
1295
Khadim Bâ - Jeunesse Sénégalaise
Khadim Bâ - Jeunesse Sénégalaise

Khadim Bâ fait aujourd’hui partie de ces entrepreneurs sénégalais dont la réputation n’est plus à faire. Aujourd’hui directeur général de la compagnie ouest africaine de crédit-bail Locafrique, établissement financier numéro 1 du Crédit-bail au Sénégal, il ne cesse de participer à de nouveaux projets en s’investissant corps et âme en chacun d’entre eux. Khadim Bâ est donc un exemple à suivre pour tout sénégalais souhaitant se lancer dans la voie de l’entrepreneuriat au Sénégal.
Comment réussir son projet entrepreneurial sur le territoire sénégalais ? Quelles sont les compétences à avoir ? Quels sont les risques à prendre ? A travers son expérience personnelle, voici ses meilleurs conseils :

Khadim Bâ - Jeunesse Sénégalaise
Khadim Bâ – Entrepreneuriat au Sénégal, ça veut dire quoi ?

L’ambition est la clé de l’entrepreneuriat au Sénégal.

Pour M. Bâ, « le processus de création et de développement d’entreprise » est une forme d’expression d’une grande ambition.
Réussir à combiner le talent et la détermination sont indispensables pour s’assurer du succès d’une nouvelle entreprise. Créer son entreprise signifie vouloir participer au développement de son pays, en proposant de nouveaux emplois, de nouveaux services. C’est ainsi que l’entrepreneur Sénégalais contribue à l’enrichissement du territoire. Un chef d’entreprise, qui a su poursuivre son rêve et son ambition en créant sa start-up, se doit de servir d’exemple pour tout jeune souhaitant entreprendre.
Croire en soi est indispensable pour s’accomplir personnellement et professionnellement. Il faut oser se dépasser et se donner les moyens possibles pour arriver à poursuivre son rêve.

 

L’entrepreneur doit corriger ses faiblesses.

Réussir dans l’entreprenariat repose sur le travail et la volonté infaillible de ne jamais baisser les bras. Il faut savoir s’entourer de collègues efficaces et investis. Selon Khadim Bâ, il est toutefois nécessaire de rebondir face à un revers.
De plus, l’entrepreneur doit être capable de trier le bon grain de l’ivraie parmi l’ensemble des conseils qu’il reçoit. C’est avant tout, une question d’intuition.

Cependant, Khadim Bâ est convaincu d’un aspect indispensable pour assurer la réussite de son entreprise: Il faut oser prendre des risques. Une entreprise florissante telle que Locafrique s’est développée et connaît le succès qu’elle a aujourd’hui grâce à une résistance à toute épreuve et une prise de risque constante. Le mental de l’entrepreneur doit d’être solide. Il n’y a pas d’échecs: soit on gagne, soit on apprend.

 

Être prêt à affronter les difficultés

Khadim Bâ considère qu’il existe deux grands défis pour entreprendre au Sénégal:

Connaître et appréhender l’environnement socio-culturel

L’environnement socio-culturel du pays présente des caractéristiques qu’il est nécessaire de connaître et d’appréhender pour pouvoir mieux les affronter. Au Sénégal, réussir dans les affaires peut amener à de multiples interrogations. Les rumeurs sont nombreuses quand un entrepreneur connaît un succès à travers son projet. Pour les nouveaux entrants, le monde des affaires est souvent cruel. La médisance peut être un frein. Il est donc nécessaire de s’armer de courage , et de se parer à tous les coups pour réussir à se trouver une place.

Savoir trouver les financements

L’autre problématique récurrente au Sénégal pour tout entrepreneur est de réussir à trouver les fonds suffisants pour lancer son activité. Il est nécessaire de trouver des garants, notamment à travers des organismes bancaires, de sorte à assurer l’accompagnement du projet. Selon Khadim Bâ, faire appel aux banques privées est une solution solide pour réussir à financer une nouvelle entreprise. Cela permet d’obtenir les prérequis nécessaires au bon développement son projet. De nombreuses idées novatrices n’ont jamais pu voir le jour par manque de fonds. Il est nécessaire de pouvoir compter sur un investissement solide sans quoi, l’idée risque de rester sur un morceau papier.

 

La contribution de Locafrique au développement économique du Sénégal

Locafrique compte aujourd’hui plus de 150 salariés, contribuant à la création d’emploi et de richesse au Sénégal.
Le secteur de l’agriculture sénégalaise a également bénéficié de nombreux financements accordés par l’établissement de crédit. La société leur assure ainsi une meilleure rentabilité grâce à la mécanisation de la riziculture. Locafrique est le premier investisseur privé dans la vallée du fleuve Sénégal.Par ailleurs, les médias sénégalais ont récemment annoncé la participation de Locafrique Holding à la construction d’une centrale électrique en partenariat avec West African Energy. Cette super structure visera à transformer le gaz liquéfié en électricité et permettra une réduction de 40% du coût de l’électricité au Sénégal d’ici 2022.L’action d’opérateurs économiques sénégalais et fils du pays comme Abdoulaye DIA de SENICO, Harouna DIA de Sahel Invest, Khadim Bâ de Locafrique et le président du Conseil d’Administration Moustapha NDIAYE qui ont lancé le projet de la centrale de WAE illustre à merveille l’idée qu’un bon citoyen doit servir son pays.

 

Oser se lancer dans la voie de l’entrepreneuriat au Sénégal, c’est participer au développement de son propre pays. Vouloir y laisser son empreinte en offrant des retombées économiques conséquentes pour le territoire. Devenir entrepreneur demande un savoir préalable pour mieux rebondir face aux difficultés. Il faut oser prendre des risques en connaissance de cause.
Comme disait Peter Drucker, professeur, consultant américain en management d’entreprise: « Chaque fois que vous voyez une entreprise qui réussit, dites-vous que c’est parce qu’un jour quelqu’un a pris une décision courageuse. »