5 start-ups sénégalaises à l’ascension phénoménale dans le secteur de la Tech

0
1251
Freelance - Entreprendre.sn
Freelance : comment sauter le pas ?

Le Sénégal connaît une expansion sensationnelle de ses start-ups dans l’innovation technologique. Le pays de la Téranga n’a de cesse d’accroître son aura dans la tech, au point de réussir à avoir un impact au-delà des frontières sénégalaises. Partant de ce postulat, il s’agira de vous faire part de 5 start-ups sénégalaises dans la tech qui se font remarquer par leurs innovations ingénieuses.

L'ascension phénoménale de la tech illustrée par 5 start-ups sénégalaises
L’ascension phénoménale de la tech illustrée des start-ups sénégalaises

KALPAY – Portefeuille électronique

Tout part de ce constat : En Afrique de l’Ouest, seulement 6%des paiements sont digitalisés . C’est suite à sa mésaventure de ne pas avoir pu payer son repas au sein d’un restaurant de Dakar avec sa carte bancaire qu’Ibrahima Kane s’est donné comme mission de trouver un moyen de pouvoir résoudre ce problème récurrent pour nombre de sénégalais.

Sa solution se nomme Kalpay, qui signifie « portefeuille » en wolof. C’est à travers un QR Code que le client peut accéder à un ensemble de services : les paiements de facture, de crédit téléphonique, du produit qu’il souhaite acheter, de recharge d’abonnement… Cette start-up Sénégalaise représente un gain de temps considérable pour les paiements, comme l’atteste le slogan de Kalpay « Scanner, c’est payer ! ».

Aujourd’hui, le désir d’Ibrahima est de transformer Kalpay en une banque. Pour cela, il souhaite étendre son marché à d’autres pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).

NIMACODES – Application mobile de localisation

L’application fintech Nima codes, créée par Mouhamadou Sall, localise les multiples magasins qui n’ont pas d’adresse au Sénégal, avec l’objectif de faciliter les activités et la croissance des commerces, qui peuvent ainsi être retrouvés plus facilement. Pour cela, l’utilisateur s’inscrit sur l’application à l’aide de son numéro de téléphone, prend une photo du lieu en question et indique sur l’application où il se trouve pour enregistrer l’adresse. C’est ensuite grâce à un algorithme développé que les détails nécessaires sont ajoutés pour retrouver l’emplacement précis et créer une fiche du lieu concerné. C’est un succès pour Nima Codes, qui seulement deux ans après sa création enregistre déjà plus de 15 000 utilisateurs, avec plus de 100 000 recherches d’adresses effectuées. Mais les ambitions de Mouhamadou Sall pour sa start-up Nima Codes ne s’arrêtent pas là, il souhaite désormais pouvoir exporter son projet dans quinze autres pays africains.

MA TONTINE – Système d’épargne numérique

Créée en 2016, MaTontine souhaite apporter une alternative au crédit de consommation bancaire pour les populations non bancarisées. Fondée par Bernie Akporiaye, cette start-up vise à aider les ménages à s’équiper à moindre coût. La start-up fournit une gamme de services financiers tels que les microcrédits et l’assurance maladie en numérisant les cercles d’épargne traditionnels, et en établissant les profils bancaires de ses membres. C’est à travers une plateforme que les sommes sont envoyées par paiement mobile, garantissant ainsi une sécurité renforcée contrairement aux autres tontines traditionnelles.

Quel est le fonctionnement de MaTontine ? Tout d’abord, 10 personnes, chacune avec son propre gestionnaire, cotise 10 $ chaque mois. À la fin du mois, un membre remporte alors la mise de 100 $. Puis, le cycle se répète jusqu’à ce que tous les membres aient gagné le tirage de 100 $. Les adhérents de la plateforme cotisent donc tous à une cagnotte en ligne dont ils récupèrent à tour de rôle le montant. Les objectifs de MaTontine sont multiples. Premièrement, il s’agit d’instaurer une culture d’épargne qui récompense les comportements financièrement responsables, afin de pouvoir ensuite fournir les outils nécessaires pour permettre aux membres de MaTontine de s’extirper de la pauvreté à l’aide de l’entrepreneuriat et de la technologie. Ces différentes démarches permettront ainsi une facilitation d’accès aux services financiers pour en finalité permettre une amélioration de la situation financière et personnelle des membres de MaTontine. Aujourd’hui, Bernie Akporiaye compte étendre MaTontine à tout l’espace UEMOA.

PAPS – Application de livraison

Paps est l’une des start-ups sénégalaises les plus remarquables ! C’est la première entreprise de livraison à la demande et géo localisée en Afrique francophone. C’est l’entrepreneur Bamba Lô, actuellement PDG de l’application Paps, qui a su déceler l’opportunité de devenir pionnier dans le secteur de la livraison à Dakar. « Parfois, lorsqu’un client commande de manière traditionnelle au téléphone, il arrive que le livreur se trouve très loin du lieu de ramassage du colis. Nous avons voulu raccourcir les délais, et à plus long terme diminuer les tarifs, en faisant en sorte que les livreurs les plus proches du lieu de ramassage opèrent sur la course. », confiait Bamba Lo au média Start-up Brics.

Ainsi, la volonté de Bamba Lo est simple : Réussir à satisfaire le client le plus rapidement possible, et permettre aux livreurs d’effectuer un maximum de courses et donc d’augmenter leurs revenus. Paps promet ainsi un temps de livraison de maximum 45 minutes pour toute livraison. Grâce à l’application, l’utilisateur peut trouver le livreur le plus proche, suivre sa course en temps réel et choisir ensuite le mode de paiement souhaité, mobile money ou liquide.

WAVE Sénégal – Interface transfert d’argent

Aujourd’hui, l’accès à des outils d’épargne, de transfert ou de crédit n’est pas abordable pour la plupart des Africains. Wave Sénégal, c’est la nouvelle start-up sénégalaise fintech qui révolutionne le dépôt, le transfert d’argent et les paiements mobiles.

Elle utilise la technologie pour construire un réseau financier particulièrement inclusif, et extrêmement abordable. À travers ce nouvel opérateur, les dépôts et les retraits sont gratuits, avec seulement 1% de frais prélevés sur les transferts d’argent nationaux. Ce sont Drew Durbin et Lincoln Quirk qui ont d’abord fondé Sendwave, aujourd’hui leader dans les transferts d’argent digitaux vers l’Afrique, qui ont poursuivi leur volonté de vulgariser la finance digitale en Afrique avec Wave Sénégal. Grâce à cette fintech, le transfert d’argent d’un compte Wave peut être effectué vers un compte de mobile money. En l’espace d’un an, l’activité de Wave Sénégal a quintuplé de taille, avec une croissance mensuelle de 15% par mois. Actuellement, le réseau compte plus de 2000 agents dans tout le pays, et l’objectif est d’atteindre 8000 agents d’ici la fin de cette année. Wave Sénégal compte désormais près d’un million d’utilisateurs.

Les start-ups Sénégalaises dans le secteur de la tech émergent, et commencent à connaître un rayonnement international. À travers notamment le soutien d’incubateurs de start-up et de réseaux numériques, les entrepreneurs dans la tech ont de beaux jours devant eux, avec une création d’emploi et une pluralité de formations dans le numérique qui présagent un avenir radieux.