Les 4 start-ups qui veulent révolutionner l’éducation de la jeunesse Sénégalaise

0
1319

Le système éducatif sénégalais présente toujours de trop grandes disparités. Les écoles publiques n’ont encore que peu de moyen par rapport aux écoles privées. De plus, la connexion souvent trop précaire au sein des milieux ruraux désavantage considérablement l’apprentissage des outils numériques. Des entrepreneurs se sont penchés sur le sujet, et ont décidé d’y remédier. Un système éducatif innovant pour booster l’employabilité et faciliter l’entrée dans la vie active des jeunes Sénégalais, c’est le défi relevé par ces 4 start-ups.

 

Volkeno, la formation aux nouvelles technologies qui favorise l’insertion des jeunes dans le milieu professionnel

Volkeno est une start-up qui a pour objectif de contribuer à la révolution numérique en accompagnant des jeunes dans leur projet professionnel. Créée en 2015, Volkeno s’est d’abord imposée en tant que prestataire de services. C’est à travers le placement de stagiaires et l’accompagnement de porteurs de projets entrepreneuriaux attrayants en Afrique et dans la diaspora qu’elle s’illustre. Mais face aux difficultés de formation et de ressources, le fondateur, Abdoul Khadre Diallo décide de créer BAKELI. Il s’agit d’un programme de formation professionnelle de trois mois dédié aux jeunes qui s’apprêtent à rejoindre une entreprise. Transformer une faiblesse en véritable force, c’est la volonté de Volkeno.

Souhaitant aller plus loin encore, l’entrepreneur imagine un logiciel nommé ANDU. Cela consiste en un programme de formation permettant d’apprendre les nouvelles technologies sans accès internet. C’est grâce à la procuration de boxs et clés USB que les élèves peuvent se former à distance et en zone blanche (zone non desservie par internet). Aujourd’hui, Volkeno c’est plus de 1 000 jeunes formés à la création d’entreprise, 200 stagiaires placés, et 50 entreprises accompagnées.

 

Mjangale, programme numérique de soutien scolaire accessible à tous les jeunes

Tout est parti d’un constat : le système éducatif sénégalais a d’importantes lacunes en technologie. Mais de l’autre côté, l’usage du numérique est maintenant totalement intégré dans la vie quotidienne. En effet, au Sénégal, l’utilisation des technologies est en plein essor notamment avec les réseaux sociaux et l’e-commerce. Pourtant, certains élèves sont exposés à l’informatique bien trop tard dans leurs études.

Fonder une start-up permettant l’accès à une formation numérique à tous les jeunes de tous milieux confondus du continent africain ? Un défi de taille relevé par Babacar Diop et ses associés. Cette école de coding accueille des élèves de 5 à 18 ans, afin de les préparer à des carrières dans le digital. Le développement web et mobile, la cybersécurité en passant par l’intelligence artificielle ou tout simplement l’initiation à l’informatique… Mjangale propose un programme éducatif complet pour préparer et encourager les jeunes africains à devenir acteurs du numérique.

Présente à Thiès, Dakar et Ziginchor, cette start-up se déplace aussi dans des établissements dans tout le pays. À Saint-Louis par exemple, plus de 3 500 jeunes ont été formés. Mjangale a, de plus, remporté haut la main le Prix de la Startup Africaine 2016 décerné par Bonjour Idée et France 24.

 

OwnLabs, l’expérience virtuelle pour la découverte de la science

Abdou Khader Diop est étudiant à l’Ecole Supérieure Polytechnique de Dakar, quand il reçoit une amie chez lui. Celle-ci trouve alors un multimètre et lui demande quel est cet objet. Cependant, en plein dans ses études scientifiques, elle ne reconnait pas cet instrument du fait du manque d’équipements dans son école. En effet, l’enseignement en Afrique subsaharienne souffre d’un manque d’investissement matériel, pourtant primordial pour l’apprentissage des matières scientifiques. Les élèves se contentent alors des aspects théoriques, ce qui ne stimule pas leur intérêt pour le sujet.

C’est en juillet 2017 que cet entrepreneur crée OwnLabs : une application innovante qui permet de recréer un laboratoire de physique, chimie et biologie en réalité virtuelle. Grâce à un téléphone et un casque de réalité virtuelle, les élèves en école secondaire peuvent alors découvrir les sciences de manière ludique et moderne. Ce dispositif a pour vocation de donner l’envie à la jeunesse sénégalaise de découvrir les sciences. D’autre part, il permet également de les préparer à la compétitivité internationale des métiers scientifiques.

OwnLabs est Lauréate du 1er Prix Orange Sénégal de l’Entrepreneur Social en Afrique et au Moyen-Orient 2017. Elle a également remporté le 1er Prix du concours annuel Ericsson Innovation Awards 2018. Aujourd’hui, le projet est toujours en phase pilote mais cible déjà plus de 10 écoles et 3 000 étudiants impactés.

 

SUNULEX, portail de référence du droit au Sénégal

C’est à 30 ans que la franco-sénégalaise Nafissatou Toure, alors avocate à Bruxelles, décide de tout quitter pour retourner dans son pays natal. En faisant des recherches sur la documentation des lois sénégalaises, elle se rend rapidement compte du manque d’accès des textes de loi. En effet, en 2014 encore, les sénégalais se tournaient vers Facebook pour obtenir des renseignements juridiques.

C’est là qu’elle eut l’idée de créer SunuLex , une base de données juridique répertoriant les textes de lois de l’OHADA, de l’UEMOA et de la CEDEAO. Sunulex regroupe également les décisions de justice prononcées par les Cours et Tribunaux de Justice Sénégalais et par la Cour Commune de Justice et d’Arbitrage de l’OHADA. En 2018, la start-up intègre l’incubateur Start it de la banque bruxelloise KBC, afin de rendre la plateforme SunuLex totalement professionnelle. C’est d’ailleurs ce qui a fait d’elle une référence en termes de droit au Sénégal, pour les professionnels ou les particuliers, aidant notamment les jeunes qui entrent dans la vie active.

Comment signer un contrat de bail ? Quelles sont les procédures pour acheter une maison ou même se marier ? Quelles sont les lois qui protègent une personne qui fait face à des problèmes avec son employeur ? Toutes ces questions trouvent leur réponse sur SunuLex.

Aujourd’hui, le pari est gagné : le droit Sénégalais est désormais disponible en ligne, pour le plus grand nombre de personnes, et ce gratuitement.

 

Ces startup novatrices ouvrent le chemin de l’entrepreneuriat social et responsable, tout en s’adaptant à la réalité du marché de l’emploi au Sénégal. Allier nouvelles technologies et éducation permettrait alors de contribuer à l’amélioration du système éducatif au Sénégal, et de booster l’employabilité et l’insertion des jeunes dans la vie active.