Le mécénat au Sénégal : une activité dynamique

0
937
Mécénat & Philanthropie au Sénégal
Mécénat & Philanthropie au Sénégal

Les actes de générosité se multiplient en Afrique de l’Ouest, et plus particulièrement dans notre pays, le Sénégal. Chez nous, des entrepreneurs travaillent d’arrache-pied pour soutenir le pays et en développer les potentialités, dans le contexte pandémique que l’on connait.

Qui sont ces acteurs, et quel est leur parcours ? Retour sur ces figures du monde de l’entreprise qui inspirent les nouvelles générations.

Le mécénat, une solution d’avenir pour l’Afrique ?

L’impact du mécénat sur le développement économique et culturel des pays d’Afrique est déterminant. Les quelques figures entrepreneuriales du continent, lorsqu’elles se manifestent, participent ainsi activement à ce phénomène que l’on pourrait volontiers qualifier de « soft power » à l’américaine.
Ainsi, l’idée selon laquelle le continent serait perfusé par les investissements de fondations étrangères est entièrement fausse ! Nous avons nos propres champions : les entrepreneurs à succès sont bien présents, mais discrets et généralement peu enclins à une surmédiatisation. Un phénomène qui s’explique en partie par le manque d’incitations financières et d’avancées juridiques en la matière.

Directrice du Musée de la photographie de Saint-Louis, Salimata Diop pose néanmoins un regard bienveillant sur l’avenir : « Nous sommes à l’aube d’une ère nouvelle. La classe aisée et la classe moyenne voient émerger des gens doués en affaires, qui ont construit de grands projets et qui investissement de grandes sommes, notamment dans la culture ». Le contexte ne peut que lui donner raison, comme nous allons le voir ci-dessous.

Des personnalités ancrées dans la société sénégalaise

Au Sénégal en particulier, les profils d’entrepreneurs généreux ne manquent pas : on pourrait par exemple évoquer le cas d’Amadou Diaw, fondateur emblématique du Musée de la photographie de Saint-Louis. Avec l’aide d’un groupe d’entrepreneurs locaux, l’homme d’affaires est parvenu à rassembler près de 10 milliards de francs CFA (soit l’équivalent de plus de 15 millions d’euros) en faveur d’actions éducatives. Son engagement récent en faveur du développement de la culture dans son pays se traduit également par le financement de la restauration de bâtiments anciens à Saint-Louis : « Face à un monde traversé par la crise, les solutions sont d’abord et avant tout africaines », déclare le principal intéressé.

D’autres Sénégalais philanthropes émergent depuis plusieurs années dans cette région d’Afrique de l’Ouest : comment ne pas penser à Khadim Bâ, dont les actions en faveur de la jeunesse et de l’entrepreneuriat contribuent à transformer durablement l’économie locale ? Pour le jeune homme, à la tête de la société de Crédit-bail Locafrique, « Les professionnels en difficulté méritent d’être accompagnés, de même que nos populations en souffrance. Pour moi, il est évident que chaque initiative est bonne à prendre, quitte à aller au-delà de nos objectifs habituels en matière d’accompagnement financier ».

Le mécénat au service de la lutte contre la pandémie

La culture, le développement économique, l’alimentation : ces domaines, on le voit, sont fortement investis par le mécénat privé, afin de donner à la population des perspectives d’avenir (notamment en matière d’emploi). Ultime secteur dépendant des initiatives locales : celui de la santé. En effet, les populations sénégalaises (surtout celles éloignées des centres urbains comme Dakar) continuent de souffrir de nombreuses affections et d’un manque criant d’infrastructures de qualité. La pandémie de Coronavirus n’a pas arrangé la situation, bien que des solutions pérennes se mettent progressivement en place afin de produire suffisamment de vaccins localement.

Ce contexte dramatique a favorisé l’émergence de nombreuses initiatives, en provenance d’acteurs publics et privés. On pense bien sûr, dans un premier temps, à des personnalités féministes telles que Fatou Sow Sarr et Aminata Mbengue Ndiaye. La première, grande sociologue sénégalaise, a réalisé un don de 1 000 000 de FCFA pour soutenir le pays. La deuxième, femme politique de premier plan, a accordé pas moins de 20 000 000 de FCFA au ministre de la Santé et de l’Action sociale.

Quant à l’homme d’affaires Khadim Bâ, son action en faveur des plus démunis se traduit concrètement au quotidien : c’est notamment grâce à lui que le célèbre Docteur Michael K. Obeng, brillant chirurgien spécialiste de la reconstruction, fera très prochainement un déplacement exceptionnel dans la région pour venir en aide gratuitement à un panel de patients, victimes de pathologies sévères. L’ampleur financière de l’opération n’a pas été révélée, bien qu’on sache que la société Locafrique et ses filiales soient détenues par un actionnariat sénégalais à 100%.

Partenariat Locafrique et R.E.S.T.O.R.E - Michael K Obeng