Le digital au coeur des startups sénégalaises

0
434
Le digital au coeur des startups sénégalaises
Le digital au coeur des startups sénégalaises

En plein boom digital, les startups fondées sur le digital font aujourd’hui partie des plus prometteuses. Proposant des solutions innovantes et dans l’air du temps, elles facilitent la gestion mais elles créent aussi de nouveaux horizons. Focus sur 4 startups sénégalaises : Oniriq, Sudpay, People Input et Cross Dakar City. Leur point commun ?
L’utilisation des nouvelles technologies.

Oniriq : Des kits solaires pour faciliter la vie des familles sénégalaises

Oniriq est une startup franco-sénégalaise créée par Rodolphe Rosier et Mohamed Sarr. Elle se veut être un fournisseur d’énergie et d’accès à internet pour les familles sénégalaises.

Cette innovation repose sur la remise d’un kit solaire, le plus puissant au monde. En conséquence de quoi, celui-ci est capable d’alimenter tous les appareils électriques d’une maison locale, comme les chargeurs de téléphone. Et ce n’est pas tout ! Elle prend également en charge la télévision ou le réfrigérateur. Par ailleurs, la startup est en partenariat avec Orange, afin que ce kit fournisse un accès à internet à haut débit grâce à un Hotspot Wi-Fi.

Le kit solaire est construit de manière à respecter l’environnement : il est responsable et durable. En effet, cette source d’énergie permet de réduire l’empreinte carbone globale.

Oniriq, qui avait été lancé grâce à une campagne de crowdfunding Ulule, promet un bel avenir.

Sudpay : Startup dans le digital à vocation panafricaine

Samba Son et Pathé Faye fondent Sudpay en 2014. Sans le savoir, ils étaient visionnaires.

Sudpay est une startup à vocation panafricaine qui évolue dans le domaine du digital. Elle conçoit des solutions de mobilité, des programmes de paiement multicanal et des plateformes de services et de collecte de ressources financières. L’objectif est d’accompagner le secteur public et privé dans leurs problématiques. Elles peuvent s’inscrire dans le domaine de l’organisation, de la gestion et de la croissance.

Mais plus que tout, SudPay souhaite développer “TownPay”, un service à destination des mairies et des communes. Il s’agirait ici d’améliorer le recouvrement des impôts et des taxes, grâce à un système d’automatisation et de digitalisation.

En 2018 déjà, la startup a obtenu une subvention de 184 millions de francs CFA de l’Association Mondiale des Opérateurs (GSMA). Aujourd’hui, SudPay a conquis l’Afrique de l’Ouest. Elle est présente entre autre au Sénégal mais aussi au Togo, au Bénin ou en République Démocratique du Congo (RDC).

People Input : Développeur digital de startups innovantes

People Input est une agence digitale installée à Dakar depuis une vingtaine d’années. Elle a comme vocation d’accompagner des projets dans leur développement stratégique et digital. De plus, elle est force d’initiatives technologiques et cela toujours dans le but de mettre en avant la culture africaine.

En effet, elle a mis au point différentes applications, notamment “Archives d’Afrique”. Disponible sur mobile et sur tablette, elle retrace l’histoire contemporaine de l’Afrique. Ainsi, elle donne accès au contenu de l’émission de RFI « Archives d’Afrique » sous forme de podcasts et vidéos.
D’autre part, elle a créé une solution d’e-réputation appelée “SIFA”. Ce logiciel permet de récupérer des données sur des sites de presse ou réseaux sociaux, utiles pour les entreprises souhaitant être au point sur leur veille.
Pour finir, People Input a inventé “Ginger”, avec Serigne Barro le CEO. Ginger est un service de messagerie instantané calqué sur le modèle de WhatsApp.

Cross Dakar City : Sensibiliser en utilisant le jeu vidéo

Sensibiliser à une cause en utilisant les jeux vidéos : c’est ce qu’a imaginé Ousseynou Beye. Ainsi, le jeu, disponible sur mobile, met en scène Mamadou, un enfant mendiant qui part à la recherche de ses parents dans la capitale sénégalaise. Cross Dakar City a été nominé au World Summit Award et à l’Apps4afruca après plus de 50 000 téléchargements. Le jeu devrait être adapté en 3D.

Le fondateur souhaite sensibiliser la population et la jeunesse sur deux points. D’abord, sur la problématique des enfants des rues au Sénégal. D’autre part, il souhaite sensibiliser les amateurs de jeux vidéo sur la possibilité d’entreprendre à partir de ressources gratuites. Il cite : « Le moteur est libre et gratuit. C’est aussi un message pour les Africains qui s’intéressent au développement des jeux vidéo. On n’est pas obligé d’utiliser que des produits payants ».

Ce projet a retenu l’attention des autorités sénégalaises. Par exemple, la mairie de Dakar a contacté Ousseynou Beye pour participer à la campagne « Ville numérique de l’UNESCO ». Il a comme ambition d’éduquer les jeunes au développement de jeux vidéo. Cependant, il a un rêve encore plus grand. « Je souhaite créer un studio de développement de jeux vidéo inspiré de la culture africaine avec pour objectif de parler de l’histoire africaine et aussi de convaincre les Africains que le jeu vidéo peut être lucratif. Aujourd’hui, le jeu vidéo est la première industrie culturelle au monde et beaucoup d’Africains ne le savent pas. »

Encore et toujours des projets innovants au service de la population sénégalaise, et plus généralement africaine. Une chose est sûre : l’ascension du digital ne fait que commencer.