Mathydy, première start-up africaine de montre de luxe

0
829
Mathydy, première start-up africaine de montre de luxe

Créer une marque de montres haut de gamme made in Africa, c’est le pari que se sont lancés Mathy et Idrissa, un jeune couple d’expatriés Sénégalais réinstallés à Dakar. C’est en voyant que le marché de la montre n’était absolument pas exploité en Afrique qu’ils ont imaginé un bijou mettant en avant le savoir-faire du Sénégal, aux couleurs du continent.

Des Sénégalais de la diaspora désireux de participer au développement de leur pays d’origine

Mathy et Idrissa mènent une vie d’expatriés salariés. Elle vit au Canada depuis ses 17 ans et travaille dans le secteur bancaire. Lui travaille chez Alcatel, à Paris, après des études en télécommunication. Et comme beaucoup de Sénégalais de la diaspora, ils décident de changer de vie afin de revenir sur leur terre d’enfance.

Des diplômes, des expériences professionnelles et quelques économies personnelles… c’est ce qui leur suffisait pour se lancer dans une nouvelle aventure. Laquelle ? Ils ne le savent pas encore, mais une chose est sûre : ils sont déterminés et désireux d’entreprendre. En effet, ils souhaitent participer au développement du Sénégal : « Nous qui avons étudié à l’étranger, fréquenté plusieurs cultures, été à la croisée des goûts et des habitudes de consommation et d’achat, nous sommes forcément les plus à même d’apporter du neuf sur le marché local, qui tourne parfois en rond », affirme Idrissa.

L’histoire de Mathydy

Attirés par la joaillerie, ils décident de créer leur propre marques de bijoux : Mathydy. La combinaison des prénoms Mathy et Idy. Joyaux en or et fantaisies, elle propose des bijoux fins, modernes, et inspirés de la mode occidentale. Elle a l’ambition de plaire aux jeunes, comme à leurs mamans. Ainsi, Mathydy propose des chaines et pendentifs, des bracelets et boucles d’oreilles, de créations locales et d’importations.

Au vu du succès grandissant de cette première boutique, une deuxième ouvre ses portes dans un autre quartier de la capitale. Pourtant, un produit manque à l’appel : Les Sénégalais veulent des montres. Or, à ce moment là, le couple importe encore. C’est le déclic : Désormais, c’est la qualité et l’identité africaine avant tout.

C’est alors qu’ils décident de faire des tests. Ils importent des mécanismes, et s’entourent d’artisans locaux pour imager et créer les designs. Ils font appel à des artisans en bogolan, un splendide tissu malien teint en suivant une technique particulière. Le fond du cadran est dessiné. Puis ils se rapprochent de spécialistes du cuir, capables de leur dessiner des bracelets de qualité. Et pour « changer de style sans changer de montre », ils ont l’excellente idée de créer des bracelets adaptables en métal, argentés et dorés.

Des montres Africaines de qualité supérieure

« Nous avons commencé par deux collections dont la Royalty qui raconte les rois et les reines d’Afrique, et une autre plus neutre et plus sobre, expose-t-elle. Nous sommes fiers de notre continent, et voulons le faire avancer en nous appuyant sur notre passé. Alors chacune de nos montres raconte une tranche de notre histoire. » dit Mathy.

La collection Noblesse, elle, est élégante et met en avant un mélange de textures et des motifs signatures pour un côté élégant. Puis est venue s’ajouter la collection Rainbow, plus colorée. Et pour finir la collection Power, commémorant des figures emblématiques panafricaines connues pour leurs engagement politique, culturel et économique. Aujourd’hui, la marque propose aussi des sacs, des bijoux ainsi que des coffrets.

S’adapter au marché Africain

Le modèle de Mathydy est totalement adapté aux habitudes de consommation africaines. En effet, le site internet propose un paiement à la livraison et les produits sont acheminés par des coursiers. Une méthode particulièrement utilisée au Sénégal pour son côté simple et rapide.
« L’Africain aime autant le luxe que l’Européen. Nous faisons le pari de le mettre à la portée d’un maximum de consommateurs d’ici », explique Mathy.

En Afrique, le choix en matière de montre était restreint. Outre des copies de grandes marques, vendues hors de prix et sans garanties, il était difficile de trouver son bonheur. Aujourd’hui, ces deux entrepreneurs ont réussi à proposer des montres haut de gamme, de par les matériaux et le service. Ils ont choisis d’adapter leur modèle aux habitudes de consommation africaines, du paiement à la livraison, en passant par le style. « Même si chacun de nos produits se veut universel, il rappelle aussi que nous, Africains, aimons partager notre Histoire, la faire entendre »