Salif Ba : L’entrepreneur millionnaire grâce à la culture de fraises

0
924
Salif Ba : la culture de fraises le rend millionnaire !

Salif Ba, jeune entrepreneur Sénégalais, a créé DFraise, une petite entreprise agricole. Celle-ci est spécialisée dans la production et la commercialisation de fraises, et a déjà conquis les marchés de la capitale. Grâce à une surface de moins d’un hectare, il produit en moyenne 20 tonnes de fraises BIO par saison.

« Dans notre culture, on s’attend à ce qu’une personne qui fait des études supérieures travaille dans un bureau » – Salif Ba

Salif Ba a 29 ans. Il est diplômé avec Mention Bien d’un Master II au Département d’anglais de l’Université Cheikh Anta Diop de la capitale, Dakar. Ses parents, particulièrement fiers, le voient déjà Cadre dans l’Administration sénégalaise, en bureau et costard cravate. Finalement, ils sont surpris de son orientation professionnelle : Salif Ba se lance dans l’agriculture. Depuis toujours fasciné par ce domaine, il souhaite valoriser les terres de ses parents.

Un marché en plein essor au Sénégal

Au Sénégal, le secteur de la fraise est en plein essor. La population aime particulièrement ce fruit, mais les produits importés sont extrêmement chers. La culture débute en octobre et dure 7 mois. En janvier, la production atteint son seuil maximal, puis baisse durant les fortes pluies de l’hivernage. En effet, cette saison constitue un frein pour la production : l’eau de pluie est acide et change le goût des fruits.
Salif Ba, lui, entretient ses pépinières lors de la saison des pluies. Il cherche une solution alternative, comme la culture sous-terraine, afin de pouvoir produire toute l’année.

400 000 Francs CFA pour commencer son business

À Ndoyène, un petit village à côté de Diamniadio, Salif Ba cultive trois variétés de fraises : « Beauty », « Camarosa », et « Festival », la dernière étant la plus prisée. Ses fruits sont BIO, bien qu’il assume utiliser quelques pesticides exceptionnellement.

La culture de la fraise est particulièrement coûteuse. Il a commencé sa première saison avec 400 000 Francs CFA. La première récolte fût un chaos : moins d’une tonne de récoltée. Mais, ne baissant pas les bras, Salif Ba a appris de cette expérience et en a tiré les leçons pour les prochaines productions. Mission réussie : aujourd’hui, la majeure partie des fraises que l’on trouve à Dakar vient de son champ : « Cette année, notre production a dépassé les 20 tonnes. Notre chiffre d’affaires tourne autour de neuf millions de FCfa. C’est prometteur vu la surface et les moyens rudimentaires que nous avons pour l’exploitation », dit-il.

Marketing basé sur les réseaux sociaux

Pour vendre des produits, Salif Ba s’est focalisé sur les réseaux sociaux, notamment Twitter. Il compte plus de 2 000 abonnés sur son compte personnel, et plus de 2 000 autres abonnés sur son compte professionnel DFraises. Il a également retenu l’attention des médias, puisque la chaîne ITV SN l’a interviewé, un coup de boost pour Salif Ba.

Côté clients, il vend à des particuliers mais surtout à des commerçants : hôteliers, restaurateurs.

« Nos clients se trouvent, en majorité, à Dakar et sur la Petite côte. Ce sont, informe-t-il, les tenanciers des hôtels et des restaurants, les unités de transformation et aussi les particuliers. Le kilogramme varie entre 3500 et 4000 Francs CFA. Le carton de trois kilogrammes coûte 12 000 Francs CFA. Nous avons un système très particulier. Nous enregistrons la commande la veille et le matin, nous effectuons la récolte pour essayer de l’envoyer le plus tôt possible à Dakar. Comme ça, les clients ont des fraises fraîchement cueillies ».

Une soif de développement…

Aujourd’hui, Salif Ba souhaite se développer dans la sous-région mais aussi à l’international. Cependant, il rencontre des difficultés liées à la logistique : il ne possède pas encore de véhicule adapté pour les livraisons. Par conséquent, tout se fait par les transports locaux. Aussi, il fait face à des difficultés de stockage. Il n’a pas de chambre froide, ainsi la conservation pour l’export à l’international est compromise. Il a pourtant beaucoup de demandes, il souhaite donc, dans les années à venir, commencer à exporter ses produits dans les pays voisins comme phase de test.

L’objectif de Salif Ba est de devenir le premier producteur de fraises au Sénégal. Ce commerce est particulièrement bénéfique au Sénégal, DFraise réalise aujourd’hui un chiffre d’affaires de 9 millions FCFA. De plus, Salif Ba est créateur d’emplois, puisqu’il compte déjà 20 personnes dans son équipe. Il est important de soutenir l’agriculture sénégalaise, ainsi que le travail des jeunes entrepreneurs locaux. Dans une ère où la consommation locale est vivement encouragée, l’entrepreneur a de beaux jours devant lui.